Celle du mercredi à 15 h 45…

La même chose chaque semaine à la même heure. Elle monte lentement les larges marches de pierre creusée par le temps, se tenant du bout des doigts à la rampe de bois rond et lisse.

Premier étage, gauche. Elle appuie doucement sur la sonnette, Elle n’ose pas.

L’angoisse, sa vieille amie, la prend délicatement aux tripes. Des pas derrière la porte.

Et toujours le même scénario, immuable, régulier, le même fauteuil sur lequel elle s’assoit à peine, les pieds joints, et puis des pas, lents et mesurés, sur le parquet. Il va ouvrir une porte et l’inviter à entrer.

Elle va devoir s’allonger, se détendre si Elle le peut, et lui laisser entrevoir ce qui ne va pas, ce qui la blesse…

Sauf qu’Elle n’aime pas les trucs qu’il lui demande de faire avec sa bouche.

Elle tente de se bercer du ron-ron sourd des voitures sur l’avenue, en bas, Elle tente d’imaginer les gens qui vont et qui viennent, pressés, le feu qui passe au rouge et atténue un peu la musique de la vie, pour quelques secondes…

Elle n’aime pas son sourire sadique, lorsque le liquide amer et âcre se répand soudainement dans sa bouche. Elle le crache sans ménagement, en le regardant droit dans les yeux, comme on dit une infâmie, et finit par se rendre, vaincue, épuisée, résignée.

Elle n’aime pas le sang qui finit par fleurir tôt ou tard, comme la moitié du prix qu’il faut payer…

Un bien pour un mal, comme il dit.

Fermer les yeux pour empêcher les larmes de jaillir comme des puces, respirer profondément, oublier son visage si près du sien, ne pas lui céder le moindre gémissement, ne pas serrer les dents.

Une fois que cela sera fini, Elle se lèvera,  lui glissera son dû – puisqu’il faut payer pour cela – et s’enfuira, la bouche meurtrie, l’âme un peu malade, en courant, presque.

Elle n’aime décidément pas aller chez le dentiste.

6 Réponses à “Celle du mercredi à 15 h 45…”


  • On ne l’aime que lorsqu’on a mal à s’en taper la tête contre les murs.

  • J’me d’mandais juste quoi

  • Très bien écrit. Je partage ta haine pour le dentiste.

  • le mien il est doux de dentiste (et il parle de moi à la 3ème personne du singulier, comme si j’étais pas là où comme si j’étais une royale altesse, ça me fait marrer)

  • Catherine >> et encore…
    Hotllywood >> et à quoi pensais-tu donc, petit fripon ?
    Fanny >> Je ne le hais pas, non, car sans lui j’aurais la bouche comme une casse automobile…
    Pivoine >> le truc typique qui me hérisse le pwal. Qu’on parle de moi comme si j’étais pas là.

  • même sentiment que toi et pourtant voici que je suis obligée d’y retourner, pfff

Laisser un Commentaire




ya est la |
De tout en vrac |
Petitpot |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Michele Pierrard
| ANIMATION (CHATEAU GONFLABLE )
| BIENVENUE dans mon Univers ...